Chargement...

En quelle année a été introduit la cigarette électronique sur le marché français ?

En quelle année a été introduit la cigarette électronique sur le marché français ?

L'e-cig est l'objet idéal pour réussir à mettre un terme à a dépendance à la vraie cigarette. Celle qui a été inventée en Chine en 2003 a finalement fait son entrée en France en 2005. A partir de cette date, son succès n'a fait que croître malgré quelques tumultes dont la crise épidémique américaine en est le parfait exemple. Pour autant, l'histoire de la vape ne fait que commencer.

Sommaire

Qu'est-ce que la cigarette électronique ?

La cigarette électronique est un fabuleux procédé qui veut du bien à ses utilisateurs. Et pour cause, elle permet de remplacer la cigarette classique le plus efficacement possible. Outil de sevrage tabagique prisé, son fonctionnement est simple. Une batterie envoie un courant électrique dans la résistance présente dans le réservoir de l'atomiseur. Au contact du e-liquide, elle permet de le chauffer et de créer cette vaporisation caractéristique au produit.

Il existe plusieurs modèles de batteries. En premier lieu, vous avez des mods mécaniques. Ces mods sont comme leur nom l'indique dépourvus d'électronique. Le courant est donc envoyé directement à la résistance et ne propose pas de modes de fonctionnement qui peuvent complexifier l'utilisation de l'e-cig. Au contraire, le mod électronique permet de proposer des sécurités de vape et des modes de fonctionnement pluriels. Ainsi, les anciens fumeurs peuvent facilement obtenir la vape qu'ils souhaitent grâce à lui. De plus ces mods électro sont souvent pourvus d'un écran OLED qui permet d'afficher toutes les informations nécessaires à son utilisation.

Que contient un e-liquide ?

L'un des matériaux principaux d'une e-cig est l'e-liquide. Sans lui, l'e-cig est incapable de produire cette vapeur qui la caractérise. Ce produit de la consommation courante a une composition bien définie. Pour mettre fin à sa consommation de cigarettes traditionnelles, il est nécessaire d'avoir de la nicotine. Ce produit est naturellement présent sur la feuille de tabac et n'est pas responsable de la nocivité de la cigarette classique. Cependant, elle est responsable de la dépendance des fumeurs. Pour mettre un terme à cette dépendance, elle doit forcément être présente. Mais progressivement, il est possible de réduire le dosage en mg de nicotine de l'e-liquide. Une fois le sevrage tabagique terminé, le vapoteur pourra utiliser des e-liquide en 0 mg de nicotine.

En plus de cela, l'e-liquide se compose de propylène glycol et de glycérine végétale. Ces deux composants sont utilisés dans l'industrie alimentaire et pharmaceutique. Le propylène glycol favorise les saveurs et fluidifie le liquide, alors que la glycérine végétale favorise la production de vapeur. Leur dosage permet donc de donner l'aspect du liquide.

Enfin, un liquide contient des arômes qui lui offrent un certain goût en bouche. Entre les liquides gourmands, fruités, mentholés ou classics, le vapoteur a le choix pour faire correspondre parfaitement sa vape à ses goûts.

En quelle année la cigarette électronique a-t-elle été créée ?

L'e-cig que nous connaissons a été créée par un pharmacien chinois du nom de Hon Lik. Hon Lik découvre la cigarette classique à 18 ans dans une Chine en pleine révolution culturelle. Né à Xifeng, il profite des productions de tabac de son village. Naît en lui une dépendance qui croît avec le temps. D’un paquet par jour, il consomme rapidement deux paquets par jour. Il devient expert de réparation de radios de son village avant d’étudier la pharmacopée chinoise en 1977. Il devient sous-directeur de l’Institut de recherche sur les médicaments chinois de Shenyang. Devenu pharmacien, il est déterminé à arrêter de fumer. Sa détermination mêlée à sa passion pour l’électronique donnent naissance à un nouveau produit capable de s'imposer comme l'un des meilleurs substituts nicotiniques.

Hon Lik tente de stopper son addiction par le patch. Mais il se rend compte qu’il n’est pas suffisant pour satisfaire ses besoins en nicotine. Il comprend que la nicotine stimule le cerveau, surtout la nuit. L’arrivée rapide de nicotine au cerveau au moment d’un tirage sur une cigarette de tabac doit être comblée. Il veut reproduire ce pic de nicotine pour arrêter de fumer. C’est ainsi qu’il crée en 2003 le premier procédé électronique qui permet de remplacer définitivement la cigarette de tabac.

Sa première commercialisation à grande échelle

En 2005, Hon Lik fonde sa propre société de e-cig à Shenyang qu’il nomme Ruyan. Mais sa société est victime d’une campagne de dénigrement, sans doute de la part des sociétés du tabac qui ont peur de voir leur marché s’effondrer. Son invention est même utilisée par d’autres sociétés qui fabriquent en plus grande quantité et commercialisent à meilleur prix des cigarettes électroniques sur le territoire chinois.

Son arrivée en France

L'e-cigarette (pas la plus grosse cigarette électronique comme il en est question dans cet article mais la eCig en général) fait finalement une entrée fracassante dans l'Union européenne et aux Etats-Unis. Hon Lik peut reprendre en main la commercialisation de son produit pour réussir à progressivement s’imposer comme l’une des références en la matière. En septembre 2013, il revend son brevet à l’industrie du tabac Imperial Tobacco, chez qui il devient consultant. Il explique son choix en disant qu’une entreprise spécialisée dans le tabac est la mieux placée pour diffuser l'e-cig. Nous sommes en 2005 lorsque ce fabuleux produit de consommation courante fait son entrée dans l'hexagone. Dans les lieux publics, à la maison, l'e-cig envahit progressivement le quotidien des Français. 

L'e-cig s'est alors imposée comme l'un des substituts nicotiniques les plus efficaces. Les anciens fumeurs peuvent alors mettre fin à leur usage du tabac. Ils peuvent également offrir un environnement plus seins à leur entourage notamment en évitant le tabagisme passif. Le tabagisme passif consiste à inhaler de la fumée produite par le fumeur. Contre la vraie cigarette, l'e-cig est le meilleur moyen d'y mettre un terme, même si l'organisation mondiale de la santé a parfois du mal à le reconnaître. Le dernier compte-rendu sur le tabagisme de l'organisation mondiale de la santé fait été d'une nocivité affligeante de la part de l'e-cig selon elle.

Le succès au rendez-vous

Après le boom des débuts aux alentours de 2010, le marché français de la vape a connu entre 2014 et 2016 une légère baisse. Plus plateau de stagnation naturel que réelle chute, le marché a pendant cette période pris le temps de trouver ses bases sérieuses, appuyées par les avancées technologiques, le faisant passer de domaine de curiosité à celui de domaine technologique innovant. Désormais pris de plus en plus au sérieux, le marché s’est légitimité et repart à la hausse, notamment en 2018 puisque cette année-là il a vu une progression de 21% propulsant le marché global à plus de 820 millions d’euros.

La vraie explosion du marché de l'e-cig eut lieu entre 2011 et 2014. Des nouvelles enseignes qui fleurissaient partout, des franchises qui tentait l’aventure pour disparaître 6 mois plus tard, du matériel et des e-liquides en constante évolution… Un vrai nouvel El Dorado avec ce que cela implique de trouvailles et de charlatans. 

Le temps a fait son œuvre, en débarrassant le marché des enseignes présentes juste pour surfer sur le phénomène, menant à un ralentissement de croissance qui a fragilisé le marché de l'e-cig entre 2014 et 2016 partout dans l'Union européenne. Après 3 ans de folie, il était naturel que le marché se régule de lui-même et l'application de la TPD a permis une structuration des marques.

Depuis 2016, le marché de l'e-cig est revenu à la normal, enregistrant une croissance régulière et enlevant une partie des craintes sur l'interdiction de l'e-cig notamment dans les lieux publics avec l'application de la TPD. Le vapotage passif a permis de justifier cette interdiction. Quelles sont les conséquences du vapotage passif ? Dans le doute, l'e-cig s'est vu purement et simplement interdite dans certains lieux. Stabilisation du marché, maturité du matériel, professionnalisation des boutiques, sont autant de facteurs qui y ont contribué. A tel point qu’à présent bien installé, le marché enregistre de nette progression avec une hausse des ventes de 17% en 2017 et de 21% en 2018. Une telle hausse a d’ailleurs fait de la France le troisième marché mondial de la cigarette électronique, juste derrière les États-Unis et le Royaume-Uni.

La vente de cigarettes électroniques est interdite aux personnes mineures et n'est pas recommandée aux femmes enceintes ou qui allaitent. De plus, en cas de pathologies particulières (maladies cardio-vasculaires, asthme, épileptie...), Vapoter.fr vous recommande d'en parler avec votre médecin traitant avant utilisation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous certifiez avoir au moins 18 ans
et vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. En savoir plus J'accepte