Chargement...

Avis de pneumologues sur la cigarette électronique

Avis de pneumologues sur la cigarette électronique

Que pense le corps médical de la cigarette électronique ? La vape a-t-elle des effets sur les fonctions pulmonaires ? Voici l’avis d’un pneumologue sur cette question fréquemment posée.

Le sujet de la vape divise la communauté scientifique. Si de nombreux médecins la voient comme une aide au sevrage tabagique, d'autres la voient comme une porte d'entrée dans le tabac. Mais la vape a-t-elle des conséquences sur les poumons ? Qu'en disent les médecins ?

Sommaire

Quelle est l'efficacité de la vape dans le sevrage ?

La vape constitue une aide précieuse pour arrêter ou réduire sa consommation de tabac. Grâce à l'e-cig, le vapoteur peut choisir son dosage de nicotine et le réduire petit à petit. Certes la nicotine est en partie responsable de la dépendance mais cette dernière renforcée par les substances contenues dans la vraie cigarette. En revanche, la nicotine contenue dans les e-liquides est plus pure et donc moins addictive. L'e-cig permet ainsi aux fumeurs de se détacher petit à petit de leur dépendance en diminuant le dosage jusqu'à arriver à zéro.

Le communiqué de l'OMS sur la vape

En juillet 2019, l'Organisation Mondial de la Santé publie son dernier rapport sur la lutte anti-tabac. Une organisation mondiale telle que l'OMS est particulièrement écoutée et respectée. Cependant, ce communiqué a terni la réputation de cette organisation mondiale. En effet, sur les 200 pages de communiqué seules quatre sont consacrées à la vape et les termes sont loin d'être élogieux. L'OMS qualifie l'e-cig "d'incontestablement nocive" mais elle n'avance aucune donnée scientifique pour prouver ses dires.

Ce communiqué arrive d'ailleurs juste avant l'épidémie qui a touché les États-Unis avec de nombreux patients atteints de maladies respiratoires. Ceux-ci avaient en fait vapoté des e-liquides contenant du THC et de l'huile de vitamine E. Ces e-liquides illégaux ont provoqué un vent de panique face à ces patients atteints de maladies respiratoires et la réputation de la vape a sérieusement été touchée.

Dès la publication du communiqué, la communauté scientifique s'est immédiatement élevée contre ce rapport. Par exemple, l'Académie Nationale de Pharmacie a rappelé que l'ecig permettait d'arrêter de fumer et que sa composition était bien moins nocive que la cigarette traditionnelle. De même, le Professeur Gérard Dubois, membre de l'Académie Nationale de Médecine dénonce une erreur de communication et qualifie ce communiqué de "désinformation". 

Quelle est la position du professeur B. Dautzenberg sur la vape ?

Le Professeur Bertrand Dautzenberg, spécialiste en pneumologie et tabacologue, est un fervent défenseur de la vape depuis des années. Il rappelle que si l'idéal reste de ne rien inhaler du tout, la vape reste un moyen efficace de cesser la consommation du tabac. Pour lui, la vape doit effectivement être réglementée mais il explique que c'est déjà le cas en France.

En effet, les e-liquides nicotinés sont sujet à des limitations (10 ml et 20 mg/ml) et les fabricants s'appliquent à garder une parfaite transparence quant à leurs processus de fabrication. De plus, au même titre que la vraie cigarette, il est strictement interdit de faire de la publicité en faveur du vapotage. Enfin, la vape n'est pas autorisée dans certains lieux publics. Concernant  ceux-ci d'ailleurs, les écoles en font évidemment partie et la vente de e-cig est strictement interdite aux mineurs.

Bertrand Dautzenberg n'hésite donc pas à recommander la vape à ses patients dans le cadre de leur sevrage tabagique en complément d'autres substituts. 

Pourquoi la nicotine est-elle si importante ?

Dans le cadre du sevrage, la nicotine n'est pas un problème bien au contraire. Les études démontrant les méfaits du tabac ne manquent pas. La consommation du tabac est un fléau, notamment à cause des 4000 substances cancérigènes qu'il contient.

Mais la nicotine reste mal connue. Si elle est responsable de la dépendance, elle est également essentiel dans le sevrage. En effet, elle permet d'éviter les symptômes de manque et ainsi permettre un sevrage en douceur.

 

Vaut-il mieux utiliser une e-cig ou des substituts nicotiniques ?

Tout d'abord, il faut savoir qu'il est tout à fait possible d'utiliser les deux en même temps ! Si le dosage maximal n'est pas suffisant avec une e-cig, il est tout à fait possible d'utiliser d'autres substituts nicotiniques.

6 chercheurs du Department of Social and Preventive Medicine de la Medical University de Vienne, ont étudier les résultats de l'ensemble des données Embase, PsycInfo et PubMed,  qui portaient sur l'efficacité de la vape comme sevrage tabagique. Cela représentait 13 950 études publiées entre janvier 2014 et juin 2020.

Les participants aux études se révèlent être 1.69 fois plus prompt à arrêter de fumer grâce à la vape qu'avec tout autre substitut nicotinique. et 2.04 fois plus que ceux qui n'ont reçu que des conseils.