Chargement...

La cigarette électronique comme symbole de liberté en Arabie Saoudite

La cigarette électronique comme symbole de liberté en Arabie Saoudite

L’Arabie Saoudite est certainement l’un des pays les plus riches et les plus puissants de la péninsule arabique. Mais au-delà de ces richesses politiques et économiques, le royaume de Salmane demeure un pays ultra-conservateur qui laisse peu de place à la gente féminine. L’heure est aujourd’hui à l’émancipation des femmes au pays de l’or noir.


Sommaire : 

  1. L’Arabie Saoudite, royaume d’interdits
  2. Les réformes inespérées du prince héritier
  3. La cigarette, flambeau de la liberté de la femme
  4. Les conséquences de ces actes


L’Arabie Saoudite, royaume d’interdits


Depuis son unification en 1932, l’Arabie Saoudite se veut un royaume musulman aux traditions parfaitement ancrées. La religion dicte la politique et la vie quotidienne des Saoudiens. Le Coran doit être suivi à la lettre. En somme, la femme n’a pas une place prépondérante dans cette société. Entièrement dévouée à l’homme, elle ne peut ouvrir un compte bancaire sans son accord. Elle ne peut conduire ou encore boire de l’alcool. Le quotidien d’une Saoudienne est fait d’interdits.


Mais depuis 2017, le prince héritier Mohammed ben Salmane règne officieusement sur l’Arabie Saoudite. Remplaçant le vieux roi Salmane, il est partisan d’un Etat fort afin de réformer son pays. Fasciné par l’Occident, il n’oublie pas les traditions. Mais avec lui s’ouvre une nouvelle ère pour le peuple saoudien.



Les réformes inespérées du prince héritier


Mohammed ben Salmane règne sans partage sur l’Arabie Saoudite. Il va même jusqu’à faire enfermer pour corruption plus de 300 personnalités du pays, dont des princes saoudiens, pour asseoir son pouvoir. Le prince de 34 ans est désormais l’homme le plus puissant du royaume.


Il a les mains libres pour commencer sa politique de réformes en profondeur d’un pays trop enfermé dans des traditions considérées comme archaïques. Ces réformes ont d’abord un but bien précis. La richesse de l’Arabie Saoudite est d’abord constituée grâce à la présence de pétrole sur son sol. Mais le pétrole n’est pas infini. Le prince sait qu’un jour l’Arabie Saoudite ne pourra plus compter sur lui pour augmenter les caisses de l’Etat. Il souhaite avant tout diversifier l’économie en poussant les entreprises étrangères à s’implanter en Arabie Saoudite. Néanmoins, pour certains entrepreneurs, s’implanter dans un pays qui ne respecte pas les droits de l’homme pourrait discréditer leur entreprise.


Le prince héritier a la solution. Il se lance désormais vers des réformes sociales. La place des femmes dans la société est infime. C’est donc vers elles qu’il se tourne en premier. Il promulgue des lois qui ouvrent la porte à la liberté de la femme. Elles sont désormais autorisées à conduire, à assister aux manifestations sportives ou encore aux concerts publics. Autant d’actes qui demeuraient impensables jusqu’ici.



La cigarette, flambeau de la liberté de la femme


Jamais une Saoudienne ne s’était sentie aussi libre que depuis la prise de pouvoir du prince. Naît en elles un goût de la liberté qui n’est pas près de s’arrêter. Pour obtenir davantage de la part du prince, elles se mettent à protester. Mais pas de n’importe quelle manière. Fumer devient un véritable symbole de liberté


Fumer une cigarette classique, vapoter, fumer une chicha, peu importe, pourvu qu’elles soient vues en public avec l’un de ces producteurs de nuages. Mais il faut l’avouer. Le tabac a aujourd’hui le vent en poupe dans le monde féminin d’Arabie Saoudite. Fumer ou vapoter n’est pas seulement un plaisir, cet acte devient militant et non ostensible. Pourtant, le fonctionnement originel de la cigarette électronique demeure la transition tabagique et non le militantisme.


Les femmes saoudiennes ont été prises au piège par le prince héritier. Ces quelques libertés offertes par le souverain en second sont des réalités mais elles n’étaient qu’un leurre pour attirer les entreprises étrangères. Mohammed ben Salmane n’est pas plus féministe qu’un autre prince saoudien. Il souhaite avant tout promouvoir l’économie de son pays. Cependant, les femmes ont pris goût à cette nouvelle vie et entendent bien profiter de la situation pour en obtenir davantage.



Les conséquences de ces actes


Mais est-ce le bon moyen d’utiliser le tabac comme symbole de la liberté féminine ? Il faut le rappeler, la cigarette est d’abord une tueuse. Avec les particules fines et le goudron qu’elle produit, la cigarette encrasse les poumons et peut provoquer des maladies mortelles comme des cancers. En commençant à fumer, elles quittent une prison pour s’enfermer dans une nouvelle. Dans quelques années, la santé publique du pays pourrait constater une forte augmentation des décès liés à cette augmentation du tabagisme. 


Il faut néanmoins le reconnaître. Ces actions militantes ont un effet bénéfique pour la cigarette électronique. L’e-cig n’est pas reconnue de la même manière partout dans le monde. La vape est aujourd’hui considérée elle aussi comme un moyen de revendiquer d’autres libertés. Mais en dehors de cette utilisation, les campagnes publicitaires en faveur de la vape en Arabie Saoudite restent inexistantes. Le tabac a toute la place nécessaire pour s’implanter toujours plus sur le royaume. Avant de partir pour l’Arabie Saoudite, suivez nos conseils pour voyager avec votre cigarette électronique et connaître les règles qui s’imposent à son utilisation.

La vente de cigarettes électroniques est interdite aux personnes mineures et n'est pas recommandée aux femmes enceintes ou qui allaitent. De plus, en cas de pathologies particulières (maladies cardio-vasculaires, asthme, épileptie...), Vapoter.fr vous recommande d'en parler avec votre médecin traitant avant utilisation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous certifiez avoir au moins 18 ans
et vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. En savoir plus J'accepte