Chargement...

Quelles sont les taxes sur les cigarettes électroniques ?

Quelles sont les taxes sur les cigarettes électroniques ?

La taxation est réelle sur le monde de la vape. Considérée par les autorités comme un produit issu du monde du tabac, elle bénéficie d'une taxation quasi-identique à celle imposée sur un paquet de cigarettes. Y a-t-il un contrôle légal de la cigarette électronique ? Vapoter vous explique donc quelles taxes lui sont infligées et pourquoi.

Sommaire

La vape aux yeux de l'Union européenne et de l'Etat

La vape est un fabuleux moyen de mettre un terme à sa consommation de cigarette traditionnelle. De plus en plus considérée grâce à des études en sa faveur, la vape est entrée dans le cœur des Français comme le meilleur substitut nicotinique qu'il soit. Pour un meilleur sevrage tabagique, l'e-cig est le meilleur choix. Mais aux yeux de l'Union européenne et de l'Etat français, il en est autrement.

L'Union européenne et la France perçoivent l'e-cig comme un produit issu du monde du tabac. Pour eux, il n'y a presque pas de différences entre le tabagisme et le vapotage. Pourtant, cette vision des choses n'est pas partager par tous. Utiliser une cigarette électronique en Angleterre et en Hollande pour des fumeurs qui souhaitent mettre fin à leur addiction n'est pas perçu de la même manière grâce à l'ouverture d'esprit de leur ministère de la santé. En France, la loi sur la vape est différente.

Quelle taxation sur les produits de la vape ?

Le monde de la vape supporte, en France, une taxation conséquente. De nos jours, la TVA s'élève à 20%, comme la cigarette traditionnelle, mais elle n’est pas soumise aux droits de consommation sur les tabacs, qui représentent 64,7% du prix de vente d’un paquet. L'e-cig a le vent en poupe. Ce business représente ainsi 200 millions d'euros. Mais l'industrie du tabac reste encore très présente malgré la progression constante du marché de la vape. L'industrie du tabac représente aujourd'hui plus de 14 milliards d'euros. Le tabagisme demeure donc très présent et reste le plus taxé.

Une application des taxes controversée

Certains acteurs comme Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme, considère la vape comme un produit dangereux pour la santé et prône une augmentation des taxes qui lui sont infligées. Opposé à la vape, sa demande paraît logique. Néanmoins, d'autres acteurs comme Karin Warin, fondatrice de l’enseigne Clopinette, prédisent une augmentation future des taxes. Mais elles doivent rester peu élevées pour ne pas anéantir ce marché. 

Les fabricants sont bien entendu contre cette taxation qu'ils jugent abusive. En tant que produit qui veut du bien, et de nos jours majoritairement reconnu comme le substitut le plus efficace pour les consommateurs de tabac, l'e-cig ne devrait pas subir une taxation identique à celle imposée au tabac. Aux yeux des fabricants, le succès du monde de la vape ne devrait pas justifier de telles taxes sur cet objet rempli d'électronique.

A savoir, que, si la vape vous est conseillé par un tabacologue vous pourriez vous faire rembourser, en partie, par votre mutuelle vos achats de matériel et e liquide.