Chargement...

Test du Drag 4 de Voopoo

Test du Drag 4 de Voopoo

Le kit Drag 4 est la dernière cigarette électronique créée par Voopoo. Ce dernier-né de la gamme Drag ne manque ni d’autonomie, ni de puissance, ni de contenance. Il fonctionne au moyen de 2 accus 18650, développe une puissance maximale de 177W et se voit associé à l’atomiseur subohm Uforce L, lequel accueille 5,5ml d’e-liquide et affiche une compatibilité avec les résistances PnP du fabricant.

Fort de pareilles caractéristiques, ce modèle avait tout pour plaire et, ne tournons pas autour du pot, il nous plaît beaucoup. Il est si réjouissant qu’un appareil comme celui-ci fasse son apparition. Ce Drag 4 surpasse en effet la plupart des pods et des AIOs disponibles sur le marché. Il arbore aussi une esthétique splendide grâce à ses panneaux latéraux en bois massif et que dire de sa surface en cuir, cet autre atout visuel qu’il exploite à merveille.

D’ailleurs, nous ne louons pas ce produit sans preuves à l’appui. Nous l’avons soumis à un test. Découvrez les résultats et vous aurez connaissance de ce qui fait la valeur de cette création signée Voopoo.


Sommaire :


Une esthétique à saluer

Nous avons d’emblée été conquis par l’esthétique du Drag 4. Sa surface en cuir ne s’écaille pas et Voopoo joue la carte de la sobriété, comme en témoigne l’inscription Drag 4 aux dimensions réduites. Cette dernière se trouve au bas d’une face latérale et remplace l’inscription DRAG présente en grosses lettres sur les précédentes versions, rendant ce modèle encore plus élégant que ses prédécesseurs.

Sinon, vapoter.fr propose 3 déclinaisons du Drag 4, à savoir les déclinaisons Pale Gold Walnut, Black Walnut et Gun Rosewood. Toutes sont munies de panneaux latéraux en bois qui s’avèrent aussi agréables à regarder que doux au toucher. Quoi de mieux pour le confort de vos mains, d’autant que la surface en cuir se veut épaisse et douce ?

Vapoter.fr propose 3 déclinaisons


Une ergonomie irréprochable

Le Drag 4 est une e-cigarette de grande taille avec ses dimensions de 147,3 x 52,4 x 25,4mm. Toutefois, nous aurions tort de le lui reprocher tant sa taille s’avère limitée pour un kit à 2 accus 18650. Il suffit d’ailleurs de l’avoir entre les mains pour réaliser la qualité de sa conception. Il pèse 153,5g sans accus, 249,2g avec et dégage une impression (justifiée) de robustesse. Il est vrai que ce kit est en mesure de supporter les chocs et qu’il montre une ergonomie parfaite. Pour preuve de cette ergonomie, sa face arrière sur laquelle sont positionnés, de haut en bas, le bouton d’activation, l’écran, le curseur de verrouillage, les boutons de navigation ainsi que le port USB Type-C. Son couvercle d’accus, pour sa part, se présente sous la forme d’une plaque magnétique dotée de puissants aimants, ce qui facilite le retrait et l’installation des batteries.

Le kit mesure 147,3 x 52,4 x 25,4mm


Un écran de bonnes dimensions et un atomiseur adapté

Pour ce qui est de l’écran, nous sommes en présence d’un écran couleur, rectangulaire, lumineux, lisible et qui avoisine la taille de 1 pouce. Quant à l’atomiseur, sa fixation n’a occasionné aucun souci durant le test. Il s’est accordé à la connectique 510 et son diamètre de 25,5mm convenait à la largeur de la box.

Le kit est équipé d'un écran d'environ 1"

D’autre part, nous avons fixé d’autres atomiseurs sans qu’aucune difficulté ne se soit présentée. Il fallait cependant que leur diamètre n’excède pas les 26mm, un diamètre maximal qui permet la fixation d’un grand nombre d’atomiseurs sur cette box.


De multiples fonctionnalités

Le Drag 4 propose 3 modes d’alimentation :

  • Le mode RBA qui constitue le mode d’alimentation standard
  • Le mode Eco qui permet d’économiser la batterie
  • Le mode Smart qui fixe la puissance automatiquement selon la résistance installée. Suralimentations et sous-alimentations sont ainsi évitées.

3 modes d'alimentation sont présents

Cet appareil propose également un mode TC, ce qui est réjouissant à un moment où celui-ci semble délaissé par l’industrie de la vape. D’ailleurs, Ni, Ti, SS316 et SS340 sont disponibles, ce qui nous contente amplement, même si un mode TCR aurait été le bienvenu.

Mais si nous devions citer une fonctionnalité qui a su se démarquer, nous citerions ce curseur de verrouillage placé sous l’écran. Il se déplace du haut vers le bas pour le verrouillage ou du bas vers le haut pour le déverrouillage. Ensuite, dans le menu, vous avez la possibilité de choisir les éléments à verrouiller. Vous avez alors le choix entre :

  • Verrouiller uniquement les boutons de réglage (tout en pouvant continuer d’inhaler)
  • Verrouiller l’intégralité du mod pour bloquer son utilisation
  • Transformer ce curseur en bouton marche/arrêt afin de ne pas avoir à presser 5 fois le bouton principal

Voilà donc un curseur de verrouillage à la fois rare et remarquable. Il serait bon que tous les modèles de cigarettes électroniques en soient pourvus.


Une utilisation évidente

Le fonctionnement du Drag 4 est simple, ses opérations de base étant les plus fréquemment appliquées par les cigarettes électroniques. En voici quelques-unes :

  • Cliquer 5 fois sur le bouton principal pour activer ou pour désactiver l’appareil
  • Appuyer sur le bouton haut ou sur le bouton bas pour augmenter ou pour diminuer la puissance ou la température
  • Maintenir appuyés les boutons haut et bas pour accéder au menu
  • En mode TC, appuyer sur le bouton d’activation et sur le bouton bas pour passer de l’unité Fahrenheit (F°) à l’unité Celsus (C°)
  • En mode TC, appuyer sur le bouton d’activation et sur le bouton haut pour régler la puissance (le maximum est de 80W).

Dans le menu, vous pouvez sélectionner le mode, gérer le curseur de verrouillage, réinitialiser le compteur de bouffées et choisir la couleur de l'écran parmi l’orange, le vert, le jaune, le violet et le rose.

Au sujet des informations communiquées par cet écran, elles sont nombreuses. Il s’agit de la puissance, du niveau de charge de chaque accu, de la valeur de la résistance, de la tension, de la durée des bouffées et de leur nombre. Autant d’informations qui simplifieront l’utilisation de ce kit.

L'écran communique de nombreuses informations


Une cigarette électronique puissante, un rechargement satisfaisant

Il est certain que le Drag 4 génère de la puissance. Voopoo indique un niveau maximal de 177W, lequel s’est confirmé lors de notre test. Cette puissance se règle par incréments de 1W et défile rapidement.

Sinon, pour le rechargement, il faut reconnaître qu’il n’impressionne pas par sa vitesse, mais il faut préciser que chaque accu est rechargé individuellement. La vitesse de rechargement est donc ralentie, mais elle l’est pour une bonne raison. Cela dit, il est préférable de n’employer le câble USB Type-C qu’en cas d’urgence et de privilégier l’usage d’un chargeur d’accus externe. Rappelons que le niveau de charge s’inscrit pour chaque accu et, qui plus est, en pourcentages. La lisibilité de l’information n’en est que meilleure.

Nous pouvons donc dire que ce kit se défend sur le plan du rechargement, même si la fonction vaping passthrough - pour vapoter durant cette phase – aurait été un plus appréciable.

Le Drag 4 se recharge via un câble USB Type-C


Un mode TC performant

Au cours de notre test, le mode TC utilisé avec le fil SS316 a fait preuve de précision. Il est certes impossible d’atteindre les hautes puissances – la limite est de 80W -, mais les performances ont répondu présentes, notamment aux environs des 60W. Les hits étaient doux et la protection contre le dry hit a été assurée.


L’atomiseur Uforce L et ses qualités à revendre

Penchons-nous sur l’atomiseur Uforce L. Celui-ci bénéficie d’une conception de qualité, affiche une esthétique délicieuse et présente une utilisation facile. Il est disponible en noir, en gunmetal et en argent. Son drip tip est un 810 standard pour plus de confort, tandis que sa contenance s’élève au niveau considérable de 5,5 ml s’il est équipé du verre bulb (inclus). Quant à la méthode de remplissage, elle est des plus simples puisqu’elle s’effectue par le haut après un retrait du top cap.

En outre, l’Uforce L possède un airflow réglable à 3 entrées sur sa partie supérieure et emploie des résistances plug-and-play de la série PnP, les mêmes employées par les atomiseurs Uforce précédents. Pour un remplacement, il suffit de dévisser la base et de tirer sur la résistance. Celle-ci dépasse suffisamment du réservoir pour être saisie sans le maniement d’un outil.

L'Uforce L possède un airflow réglable à 3 entrées

Enfin, l’Uforce L s’oriente vers un tirage DL avec une puissance située entre 40 et 80W. Et s’il accepte 8 résistances, 2 sont fournies :

  • Une résistance PNP-TW15 de 0.15 ohm (55-70W)
  • Une résistance PNP-TW20 de 0.2 ohm (40-55W)

Signalons que les risques de fuites sont limités avec un atomiseur comme celui-ci.


Les points positifs

  • Une grande qualité de fabrication
  • Une bonne robustesse pour un mod sans certification IP
  • De bonnes dimensions pour un kit fonctionnant avec 2 accus 18650
  • Une bonne prise en main
  • Une esthétique splendide, notamment grâce aux panneaux en bois
  • Un écran couleur large et lumineux
  • Une excellente connectique 510
  • Un curseur de verrouillage élaboré
  • Une couleur d'écran modifiable
  • Un grand couvercle magnétique pour les accus
  • Un mode d’alimentation performant
  • Une puissance élevée (177W)
  • Un contrôle de température présent et efficace
  • Un atomiseur solide et bien conçu
  • Des résistances faciles à remplacer


Les points négatifs

  • Une vitesse de rechargement ralentie, mais raisonnable pour une box à 2 accus
  • Un mode TCR aurait été un plus
  • Une fonction vaping passthrough aurait été appréciée


Verdict

Chez le Drag 4, nous relevons donc de multiples qualités. Il s’agit en effet d’une cigarette électronique solide, splendide et capable de performances de haut niveau. Il est vrai que sa conception n’est pas à remettre en cause, son fonctionnement non plus et nous nous réjouissons de la présence d’un mode TC efficace. En clair, le kit Drag 4 de Voopoo, c’est l’assurance de vapoter dans d’excellentes conditions. Le fabricant reste fidèle à sa réputation en produisant des modèles d’un tel acabit.