Chargement...

Test du Drag Q de Voopoo

Test du Drag Q de Voopoo

Le Drag Q de Voopoo est une cigarette électronique fort intéressante en raison des innovations qu’elle exploite. Alors que nous nous attendions à un énième pod conçu pour un tirage DL, équipé d’un écran couleur et compatible avec de nouvelles résistances, nous avons affaire à un tout autre produit.

Le Drag Q est un AIO (tout-en-un) destiné à un tirage MTL. Il dispose d'une batterie de 1250 mAh, peut atteindre les 25W et se voit doté du célèbre chipset Gene. Mais, surtout, il présente des fonctionnalités inédites dont la plus notable reste une molette permettant de régler la puissance et le flux d'air de façon synchronisée.

Une belle pièce que nous vous proposons de découvrir.


Sommaire :


Une conception et une esthétique de qualité

La conception du Drag Q s’avère d’une qualité exceptionnelle. La prise en main est excellente, l’esthétique réussie, la poignée en similicuir confortable et la cartouche en plastique est aussi bien réalisée que le reste, d’autant que son top cap en métal lui confère l’aspect d’un RTA.

Il est vrai que l’esthétique séduit. Et si le voyant LED en forme de longue barre peut, aux yeux de certains, dénoter avec le design du produit, nul ne peut contester son originalité. Sinon, excepté ce détail à l’appréciation subjective, cet appareil se voit bien pensé, à l’image de son fond caoutchouteux qui renforce la robustesse.

L'esthétique du Drag Q est séduisante

Certes, le Drag Q ne compte aucun écran et ne possède qu’un bouton, mais il n’en est pas moins sophistiqué, en particulier grâce à cette molette qui permet de régler simultanément le flux d’air et la puissance. Le roulement à billes (3 billes montées sur ressorts) positionné à la base de la cartouche Ito-X constitue également une belle innovation. Il fixe cette cartouche à la perfection. Et si le Drag Q présente des déclinaisons à dominante noire et d’autres à dominante argentée, cette cartouche, dans les deux cas, reste transparente afin de donner vue en permanence sur le niveau d’e-liquide.

La cartouche Ito-X est fixée à la perfection grâce à un roulement à billes

Un autre aspect du Drag Q est à saluer : son poids. Il pèse exactement ce qu’il faut. Plus léger, il apparaîtrait creux et, plus lourd, sa prise en main et sa transportabilité s’en trouveraient affectées.

Enfin, le drip tip est propriétaire et a été conçu pour un tirage MTL. Un second drip tip aurait d'ailleurs été bienvenu pour que vous puissiez parer à une perte éventuelle.


Un pod simple à utiliser

Le Drag Q est facile à utiliser. Voici un récapitulatif des opérations de base :

  • Faire pivoter le top cap d’un quart de tour pour l’ouvrir, puis pour remplir la cartouche
  • Remplir la cartouche en injectant l’e-liquide à travers l’orifice entouré d’un demi-cercle, l'autre servant à évacuer la quantité excessive d’e-liquide
  • Après le remplissage, patienter cinq minutes pour que le liquide imbibe le coton
  • Cinq pressions sur le bouton permettent d'activer et de désactiver l'appareil
  • Pour vapoter, appuyer sur le bouton tout en inhalant ou inhaler sans exercer de pression sur le bouton
  • Le bouton se verrouille après cinq minutes d'inutilisation, mais le vapotage reste possible
  • Pour réactiver le fonctionnement par bouton, appuyer trois fois sur le bouton en question ou inhaler via le drip tip
  • Tourner la molette vers « + » ou vers « - » pour régler la puissance et l’airflow

L'appareil reconnaît les résistances ITO et, pour chacune d’elles, il détermine automatiquement l’airflow et la puissance. Tourner la molette vers la droite augmente la puissance et le flux d'air et la tourner vers la gauche les diminue. Vous pouvez aussi tourner la molette tout en appuyant sur le bouton. Cela permettra de maintenir la puissance à son niveau tout en modifiant le flux d'air.

Ce système est excellent. Nous regretterons seulement que le réglage de la puissance et du flux d’air peut, par moments, manquer de précision.

Une molette permet de régler la puissance et le flux d'air de façon synchronisée

Enfin, pour remplacer une résistance, il vous suffit de tirer dessus après avoir séparé la cartouche de la box. Ensuite, alignez les côtés rectilignes de la résistance neuve sur les côtés rectilignes du logement qui lui est destiné. Il ne reste alors qu’à pousser cette résistance à l'intérieur de ce logement.

L'insertion de la résistance est des plus simples


Un pod conçu pour une inhalation indirecte

Tout indique que le Drag Q s’oriente vers une vape MTL. Le drip tip est étroit et long et le réservoir de 3,5ml ne convient guère à un vapotage en subohm, pas plus que ne convient la batterie de 1250 mAh.

Au total, il existe quatre résistances compatibles et les deux fournies sont l'ITO-M0 d’une valeur de 0,5 ohm et l'ITO-M3 d’une valeur de 1,2 ohm. La résistance de 0,5 ohm procure une vape chaude et peut même permettre un tirage RDL avec une puissance et un airflow bien réglés. Le tirage MTL est également satisfaisant.

Un autre aspect de ce produit doit néanmoins être mentionné : ses performances diminuent en même temps que le niveau de charge de la batterie. Heureusement, cette diminution n'a rien de prononcé lorsque ce niveau de charge se situe entre 30 et 100%.


Une batterie intégrée de 1250 mAh et une recharge rapide

Le Drag Q abrite une batterie de 1250 mAh. Cela impressionne au regard des dimensions de l'appareil (92,5 x 24 x 14mm). L’autonomie est donc au rendez-vous, même s’il est difficile de vapoter suffisamment longtemps pour vider la totalité du réservoir, soit 3,5ml.

Quant au rechargement, il se fait par le biais d'un port USB de type-C placé sous la box. Un chargeur 2A est nécessaire et une charge complète s’effectue en un temps très court, à savoir en 35 à 40 minutes. Puis, en ce qui concerne l'indication du niveau de batterie, la barre LED s'allume à chaque vapotage et use de couleurs comme suit :

  • Le vert pour une charge comprise entre 60 et 100%
  • Le bleu pour une charge comprise entre 30 et 60 %
  • Le rouge pour une charge comprise entre 0 et 30 %

Ce voyant clignote durant le rechargement et demeure vert lorsque celui-ci est achevé. De plus, le Drag Q bénéficie du vaping pass-thru. Il est donc possible de l'utiliser lorsqu'il est branché.

Le voyant LED indique le niveau de batterie selon 3 couleurs


Les points positifs

  • Une conception de grande qualité
  • Une esthétique élégante
  • Une excellente prise en main
  • Une bonne contenance pour un vapotage MTL (3,5 ml)
  • Un réservoir transparent qui facilite le contrôle du niveau d’e-liquide
  • Un roulement à billes qui maintient la cartouche en place
  • Un chipset qui reconnaît les résistances et qui règle automatiquement la puissance et le débit d'air en fonction
  • Un appareil facile à employer grâce aux réglages automatiques
  • Un bouton d’activation qui se verrouille et se déverrouille grâce à un système intelligent
  • Une résistance de 0,5 ohm qui permet également un tirage RDL
  • Un rechargement rapide (35 à 40 minutes avec un chargeur 2A)


Les points négatifs

  • Une barre LED qui, aux yeux de certains, peut dénoter par rapport à l’esthétique générale
  • Un seul drip tip propriétaire
  • Un réglage du rapport puissance/airflow qui, par moments, peut manquer de précision
  • Des performances plus faibles lorsque le niveau de charge est inférieur à 30%
  • Une autonomie d’un bon niveau, mais qui aurait pu être meilleure


Verdict

Hormis des défauts minimes, le Drag Q de Voopoo s’impose comme un appareil bien conçu avec une prise en main confortable et des performances de haute qualité. La technologie qui reconnaît les résistances et qui détermine la puissance automatiquement est appréciable, tout comme est appréciable le réglage manuel et simultané de la puissance et de l’airflow. Si vous aimez les vapes MTL et RDL, voilà un produit qui fera l'affaire.