Chargement...

Vapexpo 2019, un salon pour informer, expliquer, rassurer

Vapexpo 2019, un salon pour informer, expliquer, rassurer

Quel vapoteur ne connaît pas la Vapexpo ? Aujourd’hui il fait figure de salon incontournable pour tout vapoteur qui se respecte. Et pour cause, depuis sa création en 2014, le salon international ne dément pas sa réussite. Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à se rendre dans ce salon de référence dans l’univers de la vape, à tel point qu’il peut désormais compter sur deux éditions par an. Nantes, Bordeaux, Lille, Lyon ou encore Paris ont toutes connues leur Vapexpo. Et le salon de la vape s’exporte dorénavant. Madrid et Las Vegas vont elles aussi avoir l’honneur d’organiser leurs propres Vapexpo. L’objectif ? Rassembler passionnés et professionnels de la vape en un même lieu.


L’année 2019 ne fait pas exception dans le calendrier des vapoteurs. Du 5 au 7 octobre 2019, Paris était à nouveau prise d’assaut pour la Vapexpo. L’occasion pour des acteurs incontournables du marché de s’exprimer sur des sujets d’actualité au cours de conférences. Et à n’en pas douter, ils ont été particulièrement bouillonnants. La première conférence a porté sur « qu'est-ce qu'un « bon » liquide ? » et a rassemblé Charly Pairaud (VDLV), Xavier Martzel (Gaïatrend), Benoît Eclache (Phode), Jérémy Frapech (Revolute), Jean Moiroud (président de la FIVAPE) et Cédric Merino-Riocher (LIPS) au cours du débat. La seconde nous a transporté sur les « comportements et tendances du marché européen de la vape » avec pour en discuter José Miguel Conesa Gutierrez (Vapexpo Espagne), Mosè Giacomello (Vapitaly), Phil Sheck (The Hall of Vape), Aurélie Crouzet (IFOP institut de sondage) et Dimitris Agrafiotis (VapinGreek).


Au sommaire :


Les Etat-Unis, terre du scandale

Vapexpo 2019, un salon pour informer, expliquer, rassurer

La presse internationale s’en est fait volontier l’écho. A la fin du mois d’août 2019, une centaine de personnes a été hospitalisée aux Etats-Unis pour de graves infections respiratoires dues à des maladies pulmonaires. Dix-huit d’entre elles ont même fini par perdre la vie. Le point commun entre tous ces malades apparus brusquement ? Pour le Department of Health Services in Wisconsin, il s’agit bien du vapotage. Sans aucune confirmation médicale, les médias internationaux s’emparent de l’affaire et jugent la cigarette électronique telle une tueuse. Mais suite à des recherches approfondies, les médecins découvrent qu’un grand nombre d’entre eux a vapoté des liquides achetés sur le marché noir et contenant du THC, la molécule active du cannabis, ajouté à un additif huileux de vitamine E. Les résultats médicaux arrivent trop tard, le mal est fait. La mauvaise presse propagée par les médias a eu un effet dévastateur sur l’opinion publique, au point même qu’elle affecte l’univers de la vape.


Nous nous sommes déjà exprimé sur le sujet. Pour plus d’informations sur l’un des plus importants scandales de la vape, nous vous invitons à consulter notre article : THC ? Vitamine E ? Des produits de vape frelatés aux USA ? On vous explique ! 


Un marché de la vape toujours présent en nombre

Vapexpo 2019, un salon pour informer, expliquer, rassurer


Au coeur de cette Vapexpo se tenaient des conférences aux sujets divers. Mais bien entendu, l’épidémie américaine a pris une place de choix dans les débats. Le but est triple : informer, expliquer et rassurer. L’une de ces conférences était tournée sur “le comportement et les tendances du marché de la vape en Europe”. Sur les sofas de l'estrade étaient assis des représentants de la vape de plusieurs pays. La France, la Grèce, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne étaient présentes. Mais pour pouvoir établir un bon dialogue, il fallait bien entendu un représentant des Etats-Unis en la personne de Dimitris Agrafiotis. Ensemble, ils ont dressé un constat alarmant : les derniers événements américains ont eu des conséquences graves sur le marché de la vape, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe.


Sur le sol américain


Les premiers concernés sont forcément les Etats-Unis. Le pays de l’Oncle Sam compte plus de 10 000 boutiques de cigarettes électroniques sur son territoire. Depuis cette date, cent magasins ferment définitivement leurs portes chaque jour. Le sol américain vit l’effondrement du marché de la vape. D’autant que le gouvernement de Donald Trump a pris les armes contre l’e-cigarette, souhaitant interdire les liquides aromatisés. Certains Etats, comme celui de New York, ont même devancé la loi fédérale. La suite de ces événements précipitera certainement la fermeture de nombreuses sociétés de fabrication de e-liquides, ce qui affectera inévitablement le marché international.


Le marché de la vape français


Quant à la France, le marché de la vape est estimé à 800 millions d’euros en 2019, ce qui représente une augmentation de 20% par rapport à l’année précédente. Au total, 4.5 millions de vapoteurs défendent fièrement l’utilité de la vape en France. D’autres chiffres permettent de comprendre l’évolution du marché de la vape français. La vente de e-liquides supplante celle de matériels. Le dosage de nicotine en 0mg représente quant à lui 10% des ventes. Au vu de ces donnés qui nous sont offerts par Aurélie Crouzet, représentante de l’institut des sondages IFOP, le constat est sans appel. Le nombre de vapoteurs français augmente, tout comme celui des vapoteurs qui ont réussi à passer le cap de la transition tabagique. Pour le moment, le marché de la vape français reste stable depuis l’imposition de la TPD, mais il ne fait aucun doute que les événements américains auront des conséquences qui peuvent être gravissimes.


Sur les pas de la France : l’Allemagne

Vapexpo 2019, un salon pour informer, expliquer, rassurer


Tout comme la France, l’Allemagne voit son marché se stabiliser après avoir souffert de la TPD. Et pour cause, entre la notification et la vente de matériels et de liquides de vape, il peut exister un délai de six mois. Les Allemands n’ont donc vu qu’une unique solution : s’approvisionner en France et en Angleterre. Les répercussions sur le marché de la vape français ne se limitent donc pas à l’hexagone, l’Allemagne souffre elle aussi de ces problèmes et restrictions.


Dans le Sud de l’Europe


Comme les Etats-Unis, l’Espagne a connu un cas de malade imputé à la cigarette électronique. Le gouvernement conseille alors de se tourner vers des substances médicamenteuses pour mettre fin à sa dépendance au tabac plutôt que l’e-cigarette. Mais une partie des Espagnols s’insurgent contre ces décisions. Une récente manifestation a rassemblé plus de 2 000 défenseurs de la vape. La Grèce et l’Italie ont dû d’abord affronter elles aussi leurs propres TPD. Une taxe sur les produits nicotinisés a vu chuter le marché. En plus de cela, le marché souffre d’une mauvaise presse qui pousse certains vapoteurs à se tourner vers le tabac à chauffer.


La vape en proie à l’effroi

Vapexpo 2019, un salon pour informer, expliquer, rassurer


Face aux USA : la crainte des vapoteurs ?


Le scandale américain a eu inévitablement une autre conséquence, celle de la peur au ventre. Quel vapoteur n’a pas eu affaire à des proches inquiets qui perçoivent désormais le produit comme dangereux pour la santé, voir même comme un véritable tueur en série ? Et ce sentiment effrayant se met à toucher aussi les vapoteurs. Certains se mettent à douter de l’efficacité de la cigarette électronique pour mettre un terme à la consommation de tabac de manière saine et rapide. Le risque serait de voir de nombreux vapoteurs tourner le dos à leur accompagnateur électronique pour retourner dans le fléau du tabac. La Vapexpo avait un rôle à jouer dans cette affaire. Le moindre que l’on puisse dire, c’est que son ouverture était plus que jamais attendue.


Vers un apaisement des peurs des vapoteurs


La Vapexpo était là pour rappeler le principal rôle du professionnel de la vape : informer. Face aux vapoteurs inquiets, les professionnels rassurent par leurs connaissances sur le sujet. Mais de quelle manière doivent-ils s’y prendre ? Les conférences qui ont rythmé le déroulement du salon nous ont indiqué le chemin à prendre.


En premier lieu, les professionnels du monde de la vape doivent faire de la pédagogie leur cheval de bataille. En bref, il faut revenir au béaba de la vape pour montrer son efficacité. Comment ce matériel fonctionne ? Montrer qu’il n’y a pas de combustion et qu’ainsi l’e-cigarette est beaucoup moins nocive que la cigarette classique. Ne pas hésiter à parler des dernières études scientifiques sur le sujet. Et bien entendu, il est nécessaire d’expliquer de quoi se compose un e-liquide. Si dans les premiers temps de la vape en France il a fallu convaincre par la patience et l’explication, désormais il faut rassurer par le même procédé.


Beaucoup de vapoteurs se demandent s’il est possible qu’une telle épidémie peut se produire en France. Et pourtant, la question n’a pas lieu d’être. Face à ces vapoteurs en proie au doute, les professionnels de la vape ne doivent pas hésiter à revenir sur les principales réglementations imposées en France qui sont drastiquement différentes de celles que connaissent les Américains. En somme, la pédagogie est la meilleure des armes.


Qu’est-ce qu’un bon e-liquide ?


Les fabricants de e-liquides doivent se montrer les plus transparents possibles. Montrer de façon détaillée, gratuitement et publiquement, ce que contiennent leurs e-liquides, voilà le projet que certains se sont fixés. C’est ce qu’a affirmé le représentant de la marque LIPS France Cédric Merino-Riocher.


Mais finalement, qu’est ce qu’un bon liquide ? En premier lieu, le meilleur liquide est celui qui permet d’arrêter de fumer efficacement. Rappelons-le, un e-liquide se compose de propylène glycol et de glycérine végétale (deux composants également présents dans l’alimentation et des produits pharmaceutiques) ce qui lui donne un aspect plus ou moins visqueux. Pour offrir son panel de saveurs caractéristiques, le e-liquide se compose d'arômes. Il peut également contenir de la nicotine, mais ce n'est pas une obligation. Le dosage de nicotine s'adapte selon les besoins du vapoteur. Le meilleur e-liquide est celui qui se vaporise bien, qui correspond parfaitement aux goûts et aux besoins du vapoteur. Un liquide qui correspond en tous points aux attentes de la TPD en somme, une norme qui crédibilise son efficacité.


Le lendemain qui vape


L’avenir de la vape

Vapexpo 2019, un salon pour informer, expliquer, rassurer


Face à toutes ces problématiques qui rythment l’actualité de ces derniers mois, une question a plané tout au long de ce Vapexpo : quel sera l’avenir de la vape ?  


Le marché de la vape va forcément connaître des répercussions suite aux événements américains. Mais il ne risque pas de s’effondrer. Et pour cause, si la plupart du matériel de vape est construit et importé de Chine, les liquides sont majoritairement élaborés en France. Les fabricants français de e-liquides sont même reconnus comme les meilleurs du monde par de nombreux spécialistes du secteur. La stagnation du marché qui est la nôtre de nos jours est propre à un phénomène logique. Après l’engouement vers un produit nouveau, vient l’attirance vers un produit qui ne cesse de s’orienter vers toujours plus de technologies et toujours plus de possibilités. Mais après plus de 10 années de présence dans l’hexagone, la cigarette électronique est connue. L’attrait à la nouveauté a disparu. Rassurez-vous, la marché de la cigarette électronique en France se porte bien et ne risque pas de s’éteindre même s’il connaît une légère baisse logique ces derniers temps.  


La vape freinée par des mesures drastiques


La vape connaît en plus un certain nombre de freins à son développement. D’abord la TPD, cette loi européenne sur les produits du vapotage, ne permet pas d’offrir toutes les possibilités que pourrait produire la cigarette électronique. Et pour cause, elle limite les liquides nicotinés à 10ml de contenance. Cette limitation impose aux vapoteurs fabriquant leurs propres e-liquides d’utiliser des boosters pour ajuster le taux de nicotine selon leurs besoins. De plus, partant du principe que la plupart des liquides ne dépassent pas les 18mg de nicotine, une décision européenne a imposé un taux de nicotine ne pouvant dépasser les 20 mg/ml. Les réservoirs pré-remplis de e-liquides sont quant à eux limités à 2ml de contenance. La vente de produits du vapotage à des mineurs est interdite. Ainsi, oubliez les formes et couleurs trop attrayantes, elles pourraient attirer les plus jeunes. La publicité au sens large (affiches, spots tv ou radio) est également proscrite.


Ces décisions sont malheureuses et regrettées par les professionnels du marché, y compris ceux présents à la Vapexpo. Freiner la popularisation d’un produit inoffensif qui veut du bien est qualifié de “crime” par Dimitri Agrafiotis. Si les acteurs du marché arrivent à se mettre entendre dans la sphère régionale, notamment grâce aux médias, c’est au niveau national que la cigarette électronique a du mal à s’imposer, les médias ayant pris fait et cause contre l’e-cigarette. Il reste donc du chemin à parcourir en ce sens, que ce soit suite aux événements américains et à l’horizon 2021 lors de la révision de la TPD. 


Les meilleurs kits sur Vapoter.fr :


En savoir plus :

Copyrights © 2019 - vapoter.fr
Paiement Paypal Paiement CB Master Card Paiement CB Visa Connexion sécurisée
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. En savoir plus J'accepte